注册 登录  
 加关注
   显示下一条  |  关闭
温馨提示!由于新浪微博认证机制调整,您的新浪微博帐号绑定已过期,请重新绑定!立即重新绑定新浪微博》  |  关闭

Enya的芭蕾世界

Je danse donc je suis. - 我舞故我在。

 
 
 

日志

 
 
关于我

Je danse donc je suis -- Je ne sais pas ce qu’est Dieu. Je pourrais vous dire ce qu’il n’est pas. Ce qui n’implique pas que je sache ce qu’il est. Or, la danse, je sais... Tout... Dans la danse, je suis là, je sais, et tout est là comme il est.

网易考拉推荐

Les adieux de Sylvie Guillem  

2015-06-25 18:02:11|  分类: 芭蕾人物 |  标签: |举报 |字号 订阅

  下载LOFTER 我的照片书  |

Sylvie 姐姐的告别演出,终于从日程变成了现实。60年代的明星们,也终于,将尽数退出舞台。那个曾经属于60后的舞台,让位于新生代,新老更替,自然规律,从来不曾有例外。也好,曾经的光环,就让它留在记忆深处吧。

——Pour Sylvie, et pour moi-me^me.

 

Les adieux de Sylvie Guillem - Enya - Enya的芭蕾世界

 

http://www.telerama.fr/scenes/la-danseuse-sylvie-guillem-je-prefere-arreter-avant-qu-il-soit-trop-tard,127423.php

“Etoile à 19 ans, cette danseuse surdouée a toujours été radicale dans ses choix. Celle qui dit avoir tout fait avec son corps entame aujourd’hui sa tournée d’adieu. Sylvie Guillem est l'invitée de “Télérama” cette semaine.

Sans doute aura-t-elle été la danseuse du siècle. La plus belle, la plus douée, la plus intransigeante, la plus extravagante. Sylvie Guillem est passée avec la même gr?ce, angélique, la même virtuosité, infernale, des ballets classiques aux créations contemporaines à très haut risque. De l’Opéra de Paris, où elle est nommée étoile à 19 ans, en 1984, au Royal Ballet londonien, où elle fuit jusqu’en 2008. Sans oublier ses nombreuses apparitions dans les meilleures compagnies du monde entier. La perfectionniste entame une ultime tournée au festival de Fourvière, auquel elle a offert depuis des années ses meilleures créations. Et ces adieux-là ne seront pas comédie. On ne reverra plus jamais danser Sylvie Guillem… Extrait de l'entretien à lire dans Télérama, en kiosque mercredi 3 juin.

Pourquoi cesser la danse fin 2015, l’année de vos 50 ans ?

Parce qu’il le fallait. Parce que je ne veux pas me décevoir, ni décevoir le public. Parce que je n’ai pas envie d’être mal jugée, moins aimée. Parce que je fais encore les choses aujourd’hui comme je veux les faire, parce que j’ai beaucoup de plaisir à les faire ainsi, et que je ne veux surtout pas les faire moins bien. Parce que j’ai de plus en plus de trac et de doutes, même si je garde la force, l’énergie, la rapidité et la passion d’être en scène, d’y tracer des lignes, d’y dessiner des courbes. Parce que je ne veux jamais danser en me reposant… Je sais ce que ?a va me co?ter, fin décembre, après les ultimes représentations dans ce Japon qui me fascine tant et dans la province fran?aise… Le moment sera dur. Mais je suis prête à payer. Je préfère arrêter avant qu’il ne soit trop tard, avant qu’on ne décide pour moi. Il faut une fin claire et nette.

Au Royal Ballet, on vous surnommait ? Miss No ?...

Comme les danseurs sont forgés t?t à une grande discipline du corps, ils ont tendance à être trop obéissants. Moi pas. J’ai toujours refusé ce qui me semblait excessif, sans justesse. Certains chorégraphes pensent par exemple que l’expression doit accompagner le geste, je crois moi que le geste seul peut être expression. Ainsi j’ai dit ? non ? très jeune à des attitudes que je jugeais ampoulées, et on m’a qualifiée aussit?t de danseuse capricieuse, froide, incapable d’interpréter. C’était l’inverse. Lors du Martyre de saint Sébastien, en 1988, à l’Opéra de Paris, Bob Wilson m’avait appris que le geste a besoin d’être non pas éloquent mais vrai, c’est-à-dire qu’il doit simplement représenter quelque chose pour vous. Ce que vous ne ressentez pas n’est jamais juste. Wilson m’a appris à épurer. L’interprétation, le thé?tre ne sont pas dans certaines vieilles attitudes stéréotypées du ballet classique. Il faut avouer que, pour nous expliquer sa chorégraphie, il avait uniquement improvisé lui-même devant nous cinq minutes. Reproduire les mouvements délirants de quelqu’un qui ne sait pas danser ne fut pas une mince affaire. D’autant que j’étais aussi timide que lui. Mais il m’a ouvert les yeux.

Quels sont ces défauts que vous évoquiez ? La timidité, par exemple ?

J’ai peur de communiquer, peur de ne pas être comprise, d’avoir trop de lacunes dans mes connaissances, trop de trous dans ma culture. Or je suis intransigeante, les choses pour moi doivent être faites parfaitement ou pas. Ma phobie a commencé avec une interview de Léon Zitrone, à l’?ge de 11 ans. La directrice de l’école Claude-Bessy avait repéré à quel point j’étais renfermée. Pour m’aider, me forcer à sortir de moi-même, elle avait proposé qu’on m’interroge à la télévision. Et voilà Léon Zitrone qui me demande d’emblée quelle est la différence entre la gymnastique et la danse. J’ai été interloquée. Je n’ai rien su dire. Aujourd’hui encore, cette question m’exaspère : on s’en fout, de la différence ! Ce qui importe, c’est le plaisir qu’on trouve. Mais devant mon silence, Léon Zitrone a décrété haut et fort que je n’avais aucun avenir. Deux ans plus tard, une équipe d’Antenne 2 vient dans notre loge — devant mes jeunes partenaires, jaloux peut-être que l’on n’interviewe que moi — et me demande si la danse est un sacrifice. Je réplique immédiatement ? Pas du tout ! ?, et les autres maugréent dans le fond qu’elle en est un pour eux… J’ai brutalement quitté la pièce. Non seulement mes camarades avaient mis à mal le courage que je m’étais imposé pour répondre, mais ils ne pensaient pas comme moi, pour qui danser était un plaisir fou. Je me suis sentie différente, rejetée, je n’ai plus eu envie de parler. Et je suis toujours comme ?a.

Pourquoi cette difficulté à échanger ?

Elle est peut-être familiale. Je suis la petite-fille de Catalans débarqués en France après la guerre d’Espagne. Ma grand-mère paternelle parlait très mal le fran?ais, ne savait ni lire ni écrire, était solitaire et dure, détestait les autres. Sans doute à cause d’une enfance particulièrement difficile et meurtrie. Je n’ai jamais rien pu savoir de son histoire ni de sa relation à mon père, qui avait construit autour d’elle un mur de silence. Mes parents étaient des gens droits, qui m’ont appris l’importance d’être honnête, de respecter et d’être respectable. De faire toujours ? au mieux ?. Ne pas faire au mieux, avec la chance que j’ai, ne me semblerait pas juste. Ma rigueur, mon perfectionnisme ont à voir avec ce sens de la justice qui vient de mon éducation. Et ce qui est injuste me rend profondément malheureuse."


 

Les adieux de Sylvie Guillem - Enya - Enya的芭蕾世界

 

http://www.telegraph.co.uk/culture/theatre/dance/11608337/Ballet-icon-Sylvie-Guillem-retirement-interview-I-knew-for-a-long-time-that-I-had-to-stop.html?fb_ref=Default

Les adieux de Sylvie Guillem - Enya - Enya的芭蕾世界

  

http://www.telerama.fr/scenes/sylvie-guillem-nous-les-danseurs-avons-plus-conscience-du-temps-qui-passe,127430.php

Les adieux de Sylvie Guillem - Enya - Enya的芭蕾世界

 

 

 

http://www.liberation.fr/culture/2015/06/24/sylvie-guillem-une-etoile-ainee_1336368

Les adieux de Sylvie Guillem - Enya - Enya的芭蕾世界

 Sylvie Guillem sur scène pour une tournée d'adieux après quasiment quarante ans de carrière. (Photo Bill Cooper)

 

http://www.lefigaro.fr/culture/2015/06/22/03004-20150622ARTFIG00276-sylvie-guillem-j-espere-avoir-donne-du-plaisir.php

Les adieux de Sylvie Guillem - Enya - Enya的芭蕾世界

 

http://dancetabs.com/2015/03/dance-superstar-sylvie-guillems-last-ever-uk-performances-will-take-place-at-the-birmingham-hippodrome/ 

Les adieux de Sylvie Guillem - Enya - Enya的芭蕾世界

 

SYLVIE GUILLEM INTERNATIONAL TOUR SCHEDULE
31 March 2015
Teatro Communale, Modena, Italy

2 April 2015
Equilibrio Festival, Sala Santa Cecilia, Auditorium Parco della Musica, Rome, Italy

15 & 16 May 2015
Lodz International Ballet Festival, Lodz, Poland

26 – 31 May 2015
Sadler’s Wells, London, UK

3 & 4 June 2015
Athens & Epidauras Festival, Athens, Greece

23 – 26 June 2015
Chekhov Festival, Moscow, Russia

29 June – 2 July 2015
Les Nuits de Fourvière, Lyon, France

5 July 2015
Genova Opera House, Genova, Italy

28 July – 2 August
London Coliseum, London, UK

8 – 10 August 2015
Edinburgh International Festival, Edinburgh, UK

8 & 9 September 2015
Birmingham Hippodrome, Birmingham, UK

3 & 4 October 2015
National Theatre, Taipei

2 December 2015
Festspielhaus, St Polten, Austria

17 – 20 December 2015
NBS, Tokyo, Japan

 

Life in Progress
17, 18, 19, 20 decembre 2015
Tokyo Bunka Kaikan
- Programme
Bye (Mats Ek) - Sylvie Guillem
Création de Akram Khan - Sylvie Guillem
Création de Russell Maliphant - Sylvie Guillem, Emanuela Montanari
In the Middle, somewhat elevated (William Fordythe) - the Tokyo Ballet
Dream Time (Jiri Kylian) - the Tokyo Ballet
Sylvie Guillem Final Tour
09/12 Kawaguchi, Saitama
10/12 Sagamihara, Kanagawa
12/12 Toyama, Toyama
13/12 Niigata, Niigata
14/12 Maebashi, Gunma
22/12 Nishinomiya, Hyogo
23/12 Takamatsu, Kagawa
25/12 Fukuoka, Fukuoka
26/12 Nagoya, Aichi
28/12 Hiroshima, Hiroshima
- Programme
Boléro (Maurice Béjart) - Sylvie Guillem
Two (Russell Maliphant) - Sylvie Guillem
In the Middle, somewhat elevated (William Fordythe) - the Tokyo Ballet
Dream Time (Jiri Kylian) - the Tokyo Ballet 

 


http://www.forum-dansomanie.net/forum/viewtopic.php?t=5360&postdays=0&postorder=asc&start=150
  评论这张
 
阅读(457)| 评论(0)
推荐

历史上的今天

在LOFTER的更多文章

评论

<#--最新日志,群博日志--> <#--推荐日志--> <#--引用记录--> <#--博主推荐--> <#--随机阅读--> <#--首页推荐--> <#--历史上的今天--> <#--被推荐日志--> <#--上一篇,下一篇--> <#-- 热度 --> <#-- 网易新闻广告 --> <#--右边模块结构--> <#--评论模块结构--> <#--引用模块结构--> <#--博主发起的投票-->
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

页脚

网易公司版权所有 ©1997-2017